04/06/2017

Retour aux sources

Retour aux sources

ng_ef3e328fd0be6503f636-324x183@2x.png

17:08 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2005

Le Retour aux Sources

L’Homme a changé au cours des Siècles, il a évolué et est devenu ce que nous appelons maintenant l’Homme moderne, ou encore l’Homme civilisé.

Il semblerait actuellement que cette évolution ne se soit pas faite tout à fait dans le sens qu’espéraient les précurseurs de ces changements.

Le but premier qui était d’offrir une vie plus belle et plus agréable semble aujourd’hui loin derrière nous.

Les conséquences de cette évolution commencent à se révéler alarmantes. Il semblerait bien que nous soyons en train d’évoluer vers une voie sans issue.

finevolutionsmall8sc.jpg

La population mondiale a dépassé le nombre de 6 milliards d’individus, le chômage est en augmentation constante, il faut produire de plus en plus de nourriture et de plus en plus vite au détriment de la qualité, la déforestation est de plus en plus importante, de nombreuses espèces animales sont menacées d’extinction, et notre pollution a provoqué le réchauffement global de la Planète.

Les impôts ne cessent d’augmenter, et par contradiction, tout se vend de moins en moins cher.

Notre créativité aussi semble avoir été éprouvée. Les producteurs de film ont de plus en plus de mal à trouver l’inspiration, à tel point qu’ils réactualisent d’anciennes créations, adaptées aux goûts du jour, de même pour la mode. L’Homme est donc bien à court d’inspiration, et cela ne risque pas de s’améliorer.

Toutes ces constatations m’amènent à me demander si notre vie actuelle correspond bien à la vie que chacun aurait souhaité vivre, ou alors sommes nous tous tellement occupés à survivre que cela ne nous laisse plus le temps de penser et donc de réagir ? Sommes nous devenus fatalistes ?

Ayant besoin de comprendre, et encore plus de réponses à toutes les questions que je me pose, je me suis demandé s’il n’était pas utile de faire comme pour la mode et la filmographie, un retour dans le passé.

S’est alors posée la question de savoir, ou effectuer ce retour ?

Après y avoir longtemps réfléchi, il m’est apparu évident que le mieux était de le faire à une période ou la Nature était encore intacte, et influençait encore pleinement la vie de l’Homme.

C’est donc dans la Préhistoire que je me suis fixé pour faire une sorte de Retour aux Sources.

Ce retour vous sera présenté comme une série de tableaux successifs décrivant la vie présente et tentant une approche de ce que pouvait être la vie pour l’Homme préhistorique.

Il s’agira à la fin d’essayer d’en tirer des conclusions et de voir si certains éléments du mode de vie de nos Ancêtres ne pourraient pas, eux aussi, être remis au goût du jour et représenter une partie de la solution pour améliorer notre vie et celle de nos descendants.

Ces tableaux seront présentés sur ce site, au fur et à mesure qu’ils seront écrits.

J’espère que vous serez nombreux à me donner votre avis et expériences personnelles, nous pourrons ainsi essayer ensemble d’en tirer les conclusions positives.

23:47 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Introduction

Au cours des temps, la comparaison a toujours été un bon moyen pour l’Homme de se remettre en question et lui permettre ainsi de tirer de nouvelles conclusions, et donc, d’évoluer.

Aussi, ce que je vous propose dans cet article est un véritable travail d’imagination et un voyage dans le passé, afin d’essayer de comparer notre vie actuelle à celle que pouvait vivre notre lointain Ancêtre : L’Homme de Cro Magnon.

image583xz.jpg

Je me suis personnellement prêté à cette expérience, et je peux vous garantir que vous serez surpris de ce que ce voyage éveillera en vous comme questions, images et chez certains des réponses à des questions longtemps restées sans réponse.

Le seul inconvénient de tout ceci, est que beaucoup d’entre vous risquent de trouver le réveil désagréable, et regretterons amèrement qu’un tel voyage ne soit pas du domaine du réel.

Ce voyage, je vous propose de le faire à la manière de la nouvelle série évènement « LOST ».

Les transitions seront donc marquées par les titres (Flash back) et (Présent).

Pour mieux apprécier les étapes, je vous conseille d’entamer la lecture de cet article si vous disposez du temps nécessaire pour le faire sans stress. L’idéal est de pouvoir faire une pause à chaque changement de période, afin de laisser votre imagination apprécier chaque moment.

Pour ce faire, des photos et bruitages accompagneront le plus possible les paragraphes, ainsi, pour un meilleur effet, je vous propose, de fixer la photo après chaque paragraphe, et ensuite fermez les yeux et laissez aller votre imagination. Surprises garanties !


Prêt pour le départ ? Alors voici l’énoncé du programme de ce voyage.

Nous allons comparer une journée de notre vie actuelle à une journée de la vie d’un Homme de Cro Magnon.

hoehlenmalerei28jv.jpg

J’en vois déjà certains qui vont me dire que tout ceci n’est que supposition, certes, mais n’oublions pas que nous sommes dans l’imaginaire. Et l’ambiance préhistorique que je vais tenter de vous décrire sera à mon avis toujours en dessous de la réalité de l’époque, tant cette période de notre histoire me semble de plus en plus, au vues des réalités d’aujourd’hui, avoir été un véritable paradis terrestre.

Ce voyage nous conduit donc il y a environ 30.000 ans, à une période ou l’homme est à l’aube de son développement, il n’a ni Dieux, ni Maître, mais il craint et respecte une seule chose : La Nature et ses lois.

23:45 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 1

(PRESENT)

Un bruit strident vous fait sursauter, le Dieu réveil vient de s’exprimer ! Premier stress de la journée. C’est le signal de départ de l’exode de masse vers les lieux de travail. Tout est programmé, à la minute près. Pas droit à l’erreur dans le planning, ou toute votre journée risque d’être classée parmis vos journées noires, déjà nombreuses, de l’année.

bec52small8si.jpg

Pour la plupart, encore à moitié somnambule, vous tentez de retrouver vos esprits pour parvenir à vous arracher de votre lit moelleux.

Tant bien que mal, vous vous dirigez vers le Dieu percolateur, car, pour la plupart d’entre nous, aucun moyen d’avoir l’esprit clair sans quelques tasses de ce bon vieux café.

Vient le moment pour beaucoup, de solliciter le Dieu télévision, histoire de prendre la température des nouvelles de la Planète. Très vite, votre moral en prend un coup, comme à l’habitude, les nouvelles sont mauvaises.

Après le premier café, le brouillard dans la tête commence à se dissiper, et pour certains, c’est le moment de la première cigarette, histoire de préparer les poumons à l’air de l’extérieur.

Trop de fumée dans les poumons, vous vous dites qu’il serait bon de prendre une bouffée d’air frais et vous ouvrez la fenêtre.

Comme beaucoup, vous habitez la ville, votre living donne sur une chaussée, la circulation y est déjà très active, l’odeur des gaz d’échappement ne vous dérange pas, le bruit de fond vous est familiers, vous respirez une bonne fois et du bruit inhabituel attire votre attention, des travaux ont commencé pas loin, ce sont les machines et le marteau piqueur. Là c’en est trop, tout compte fait, la fenêtre est mieux fermée.

En la fermant, vous ne pouvez vous empêcher de remarquer l’activité frénétique de tous ceux qui se pressent dans la rue, probablement à cause du retard pris sur leur planning.

transport13sd.jpg

En parlant planning, vous jeter un coup d’œil sur votre montre, zut, trois minutes de retard, vous courez vers votre salle de bain.


(FLASH BACK)

Un oiseau vient de pousser un petit cri, l’oreille vive, l’Homme de Cro Magnon se réveille l’esprit clair, il vient de passer une bonne nuit sur sa paillasse dans un coin de sa caverne, il se sent frais et dispo pour démarrer sa journée.

Comme il vit de la chasse et de la pêche, il a choisi une caverne proche de la forêt ou le gibier abonde, proche d’une rivière ou les poissons sont nombreux.

Après quelques étirements, il se dirige à l’entrée de sa caverne et se rempli les poumons de l’air pur et frais du coin. Cet air dont la qualité ne peut probablement vaguement être évaluée par l’Homme moderne que lorsqu’il se trouve en montagne.

image23small1cj.jpg

Le Ciel est d’un bleu puissant, tant l’Oxygène dans l’air est important. Le Soleil brille de toute sa splendeur, ses rayons réchauffent la peau de notre Homme des cavernes

Sa caverne surplombant légèrement la région, comme chaque matin, il se réjouit du spectacle que lui offre la Nature.

La végétation abondante qui s’offre à sa vue, est un véritable havre pour les animaux, dont les cris viennent se mêler au frémissement des branches dans le vent et au ruissellement inlassable de la rivière toute proche.

image52small1li.jpg

Une légère brise se fait sentir, elle vient de la forêt, et grâce à son odorat puissant, il flaire la présence de gibier, il sait que sa journée sera fructueuse en sensations et en nourriture.

Toute la tribu est maintenant éveillée, et dans le plus grand calme, chacun s’apprête à remplir ses fonctions, toujours dans l’intérêt de la communauté.


A suivre........

 

23:44 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 5

(PRESENT)

Le moment de s’engager dans la jungle urbaine est arrivé, et ici, en général, deux possibilités s’offrent à vous.

La première est que vous faites partie de ceux qui se rendent au travail par les transports en communs.

Vous sortez de chez vous et vous mêlez au flux robotisé de tous ceux qui tels des automates programmés, arpentes les rues, tous les jours aux mêmes heures, tous les jours aux heures de pointe.

Rien ne se lit sur les visages que vous croisés, aucunes émotions, si ce n’est souvent des visages stressés voire parfois haineux.

Toute la rue est « nerveuse » et souvent, traverser relève du parcours du combattant, car les voitures sont omniprésentes, et les coups de klaxon répétés sont la preuve que à pied ou en voiture, tous sont stressés et nerveux.

Tant bien que mal vous parvenez à votre station de métro.

Les gens sont là, amassés sur les quais, l’ambiance est tendue, seule la musique de la station laisse paraître un semblant de vie.

img3small5xd.jpg

On sent qu’il suffirait d’une étincelle pour que tout explose, pour que tous pètent les plombs.

Mais soudain tout s’accélère, toute la masse se remue, le stress augmente, la rame de métro vient d’arriver.

Tout le monde se bouscule, se pousse, se serre et comme les bestiaux que l’on entasse dans les camions, les rames se remplissent à outrance.

A l’intérieur, vous voila serré, compressé, votre espace vital, les cinquante centimètres qui d’après les psychologues vous sont nécessaire pour vous sentir à l’aise, est inexistant.

Les odeurs se mêlent formant un mélange nauséabond, vous êtes là, le regard vide et les pensées ailleurs, pour mieux supporter le trajet.

A chaque arrêt, vous êtes de plus en plus serré, et commencer à penser à vous rapprocher de la porte, car la prochaine sortie est la vôtre.

Votre station, enfin libre, enfin votre espace vital retrouvé, vous vous sentez mieux.

Rapide coup d’œil sur l’horloge, 8h25, il faut accélérer le pas, surtout ne pas arriver 2 minutes en retard, car le chef de service, il est là, lui, prêt à vous reprocher votre retard. Deux minutes, c’est deux minutes !

Enfin ! Vous êtes dans le bâtiment, rapide passage devant les miroirs, ne jamais oublier le paraître, le moindre oubli, et vos collègues auront de quoi discuter pour toute leur journée.

Deuxième possibilité, vous faites parties de ces « privilégiés » qui ont la chance de se rendre au boulot en voiture.

Rapide coup d’œil devant votre garage, espérons qu’aucun abrutis est venu se garer devant. Les fois ou cela arrive, vous êtes bon pour une demi heure de retard.

Vous sortez votre voiture, et ça y’est vous voilà en route, la radio allumée.

Déjà les premiers klaxons, accessoire le plus utilisé pendant les heures de pointe, d’ailleurs, un vrais langage, si vous y prêtez attention, d’après la manière utilisée, vous serez capable de comprendre l’humeur de celui qui l’actionne. Aucun coup de klaxon ne ressemble à un autre, ce qui forme une cacophonie pour navetteur averti.

Enfin, vous voila dans la file, toute votre attention fixée sur la radio qui passe son temps à énumérer tous les bouchons de la ville. Car c’est vrai que votre temps est minuté, vous êtes nerveux à l’idée d’entendre parler d’accident, de panne, de travaux, le moindre pépin et vous serez en retard.

595tunnelscentre0jg.jpg

Vous voila donc seul, comme la plupart de vos voisins au milieu de vos huit mètres carrés sur roue, espérant, si tout va bien atteindre l’incroyable vitesse de croisière de 20km/h.

Vous arrivez au long tunnel que chaque jour, et chaque soir vous empruntez. Vous fermez vos carreaux, car le bruit des ventilateurs qui tourne à plein rendement pour purifiez l’air, vous empêche d’entendre la radio. Tiens, tiens, on y parle de pollution, et du coup vous vous demandez si le fait d’emprunter tous les jours ce tunnel n’aura pas à la longue, une influence négative sur votre santé.

Un coup de klaxon et vous voilà de nouveau dans la réalité, dans la file. Votre regard est attiré par votre voisin, il gesticule dans tout les sens, rouge de colère, encore un peu et il va mordre son volant. Il est dans tous ses états car une autre voiture tente de changer de file et se glisser devant lui, et lui, il refuse de perdre une place, ce serait trop grave, de quoi dérégler toute sa journée.

Enfin, la sortie du tunnel, l’air libre, une vraie renaissance, votre attention est attirée par un vélo qui vous dépasse, sans forcer l’allure, et vous regrettez de ne pas avoir ce courage, mais même si vous l’aviez, que diraient vos collègues, votre paraître en prendrait un coup.

Vous voilà arrivé devant votre lieu de travail, et dans les temps, reste à espérer que vous allez trouver rapidement une place de parking, et si possible non payante.


(FLASH BACK)

Le Chef demande à tous ses chasseurs de prévoir eau et nourriture pour deux jours.

Ils prennent les hameçons, lances, harpons et les voila bientôt tous prêt pour le départ.

Dans son matériel, notre Homme de Cro Magnon, emporte également ce nouvel outil qui émet des sons bizarres. Quelque chose le pousse à croire que celui-ci aura son utilité. Un nouvel objet pour un jour plein de surprises, voilà bien une idée qui l’enchante, en quelque sorte, un genre de porte bonheur.

Après avoir donné les dernières directives à ceux qui restent au village, le Chef décide de prendre la route.

La journée s’annonce belle, le ciel est bleu, le Soleil vient de se lever, et la direction qu’il prend est celle opposée au Soleil., c’est donc vers l’Ouest qu’il compte se diriger.

Tous lui emboîtent le pas, ils ont une confiance aveugle dans celui qui jusqu’ici a toujours su bien les guider.

Ils traversent la rivière et pénètrent aussitôt l’épaisse forêt qui borde le village.

image2small6bm.jpg

Quelle sensation, à chaque fois pareille, l’air frais et humide, mêlé aux odeurs des mousses, des champignons et des lichens, un véritable cocktail de jouvence pour les poumons.

funlog6vl.jpg

La forêt est composée de grands arbres centenaires, d’autres semis naturels plus jeunes et de grandes fougères arborescentes. Du fait de l’épaisse couronne des arbres, la lumière au sol est très tamisée.

Le cri des Animaux, des craquements de branches et le bruit du courant de la rivière forment le bruit de fond.

riviere017.jpg

Notre groupe de chasseurs est quand a lui très silencieux, c’est une habitude, ils sont en osmose complète avec la forêt, meilleure façon de ne pas se faire repérer par le gibier.

Déjà les chasseurs repèrent des traces, et le signalent au chef, mais contrairement aux habitudes, celui-ci semble ne pas s’y intéresser. C’est vrais que les chasses précédentes ont été très fructueuses et qu’ils ont assez de réserves en nourriture.

Les hommes ont donc compris, plus besoin de repérer les traces de gibier, ce n’est pas un jour de chasse, ils vont donc se contenter de tenir à l’œil tout ce qui pourrait représenter une menace pour le groupe, car tout les animaux ne sont pas inoffensifs, et les nombreuses cicatrices de tous sont là pour leur rappeler que le danger est partout.

D’un pas soutenu le petit groupe continue donc sa progression, toujours en territoire connu, empruntant des chemins que tous connaissent par cœur.

Ils arrivent enfin à une petite clairière qu’ils connaissent bien, c’est l’endroit ou ils ont l’habitude de poser des pièges pour attraper du petit gibier.

Le chef demande à ses hommes de vérifier les pièges et d’en retirer les prises éventuelles, elles serviront pour le prochain repas.

Quatre Lapins sont ainsi récoltés, mis en bandoulière et sans traîner, le petit groupe reprend la route.

Ils quittent maintenant la clairière et pénètrent à nouveau le couvert végétal dense de la forêt.

forets004small2if.jpg

Ils distinguent tout à coup des silhouettes qui viennent vers eux, bientôt plus proches, ils reconnaissent les chasseurs d’un clan voisin, ils se connaissent bien et se respectent.

Aucune raison de se quereller, la forêt est grande et il y a de la nourriture à profusion pour tous.

Aucuns ne convoitent ce que possèdent les autres.

Les deux groupes s’arrêtent et se saluent. C’est un moment privilégié, celui ou en quelques instants on partage ses aventures, ses découvertes et ses impressions, parfois même le repas.

Mais aujourd’hui, notre Chef n’a pas le temps et s’en excuse, il faut qu’il continue sa route.

Ayant expliqué ses intentions au chef de l’autre clan, il lui promet que dès son retour ils se réuniront et autour d’un bon repas il lui expliquera ses découvertes.

Notre Chef n’a qu’une idée en tête, progresser et arriver le plus vite possible aux limites du territoire connus, afin que son Esprit et ses sens s’émerveillent des nouvelles découvertes, bien qu’il est conscient que inconnu rime aussi souvent avec nouveaux dangers.

Mais le danger et la nouveauté, il aime bien, cela stimule son adrénaline et durant ces moments, plus que jamais, il se rend compte à quel point la vie est précieuse, ce qui lui donne une grande soif de découvrir et d’apprendre.

De plus, il commence à bien comprendre la Nature et ses mystères, il sait que la Nature, tant qu’il la respectera, sera sa meilleure alliée.

 

23:41 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 4

(PRESENT)

Rapide coup d’œil sur la montre, il est huit heure pile !

Vous voila soulagé, vous êtes dans les temps et pour la 2582 ème fois, vous vous apprêter à effectuer ce fameux exode vers votre lieu de travail. Vous quittez votre habitation si rassurante pour rejoindre cette jungle urbaine aux multiples pièges.

Mais avant, il vous faut brancher votre super alarme, espérons que vous vous souveniez bien du code, fermer à triple tour les trois serrures de votre double porte blindée.

Tout cela vous a coûté beaucoup d’argent, mais c’est vrai que comme tout est convoité en ce Monde, on n’est jamais trop protégé.

Et voila venu un des moments les plus important de votre journée, en quelques minutes, vous pouvez basculer de la joie, aux pleurs, en passant par la colère. Il n’y a pas à dire votre humeur dépendra beaucoup de ce que vous trouverez dans votre Boite aux lettres.

Le chemin pour y arriver sera différent selon que vous habitez une maison ou un appartement au 23 ème étage d’un building de 200 appartements répondant au doux nom de Deauville, Italie, Venise ou encore Trafalgar, bref, un vrai havre de paix !

Dans ce deuxième cas, le chemin jusqu’aux boites aux lettres peut se révéler un vrais parcours du combattant.

Eh oui, pour les ascenseurs aussi, c’est l’heure de pointe, mais bon, il y en a quand même quatre.

caissepopascenseurs5ux4ty.jpg

Vous appuyez sur tous les boutons et là, il n’y a plus qu’à attendre. Le premier s’arrête, vous ouvrez la porte, mais il est rempli et qui plus est, il monte. Vous refermez la porte. Sur ce temps là, le deuxième ascenseur s’arrête, vous ouvrez, il est plein de gens des étages supérieurs, pas de chance !

Vous ré appuyez sur tous les boutons et vous commencez à râler, pas encore vu passer le Quatrième, mais que se passe-t-il ? Sûrement la vieille du deuxième qui discute avec sa voisine en tenant la porte ouverte.

Ouf, le troisième vient de s’arrêter, il en a mis du temps ! Vous ouvrez et vous y rencontrez la concierge qui vous dit qu’elle nettoie les portes et qu’elle doit s’arrêter à tous les étages, bref, en quelque sorte, un omnibus. Là s’en est trop, vous l’enguelez en lui disant qu’il y a d’autres moments pour faire ce genre de travaux. Vous refermez la porte, trop long pour arriver au rez de chaussée.

Et ce quatrième ascenseur, toujours pas passé. Sur ce, le premier est de retour, vous ouvrez la porte et il est à nouveau plein, là, votre sang ne fait qu’un tour,  et malgré les plaintes des occupants, vous poussez et arrivez à vous infiltrer contre une des parois. Enfin ! En route pour la sortie !

Finalement vous en sortez, et votre attention se porte sur le quatrième ascenseur et vous comprenez ! Le technicien est là pour l’entretien, décidemment, lui et la concierge, ils se sont donnés le mot !

Enfin, vous vous consolez, car, tout comptes faits, vous avez eu de la chance qu’il n’y ai pas eu de panne de courant. Quatre cent marches d’escalier et vous étiez bon pour l’hosto.

Bon, c’est le moment, qu’y a-t-il dans cette boite aux lettres ?

10boiteauxlettres101small7yi3n.jpg

D’après votre expérience, vous savez que les bonnes nouvelles sont rares, au mieux, il s’agit de factures habituelles, gaz, électricité, eau, télévision, taxe sur les poubelles, taxes communales, taxes régionales, taxes provinciales, taxes nationales, taxes d’environnement, taxe de circulation, ……..

Jusque là , tout va bien, mais ce que vous craignez le plus, ce sont les mauvaises surprises, ce qui est hors du budget, amendes, factures oubliées dans le tas et « aimablement » rappelées par un huissier, décompte de contributions, nouvelles taxes,……

C’est donc à la fois curieux et plein d’appréhension, que vous ouvrez la fameuse boite aux lettres.

Coup d’œil rapide, 3 enveloppes brunes et deux blanches, vous n’aimez pas les brunes, les enveloppes des ministères, souvent les finances, quelques rares fois des remboursements, mais le plus souvent des taxes. Vous n’avez plus trop de temps, mais vous ouvrez à la hâte, il faut savoir !

Direction somme à payer. Vous voila rassuré, ce sont des taxes prévues. Les nouvelles sont bonnes !


(FLASH BACK)


Le chef est rentré tard de la chasse hier soir et comme il aime bien s’enquérir des travaux des membres de sa tribu, il décide d’aller les voir tous et partager leurs impressions.

Il se rend tout d’abord chez le tailleur de pierres, celui qui fabrique les flèches, les lances et tous les outils tranchants tellement utiles à la survie du clan.

Le tailleur est un véritable expert, son père faisait le même travail, ils se transmettent leur savoir de père en fils.

Le chef ramasse une pointe de flèche récemment extraite d’un silex. L’ayant minutieusement examinée, il félicite le tailleur. Ses pointes sont en effet de plus en plus performantes, elles pénètrent de mieux en mieux la solide peau des Rennes et des Bisons. Le tailleur lui explique alors comment il s’y prend pour que les éclats de silex soient de plus en plus fins et tranchants.

Il espère encore pouvoir faire mieux, surtout au niveau des lances, il pense avoir trouvé un système pour qu’elles soient mieux équilibrées.

Après le tailleur de pierre, le chef se rend chez le tailleur d’os, celui-ci prépare les harpons et les hameçons pour la pêche. Depuis peu, il vient d’inventer l’aiguille à chat, de quoi façonner des Habits qui protègeront mieux les chasseurs pendant la saison froide.

taille6yv8hs.jpg

Mais ce qui intrigue le chef est un nouvel outil qu’il n’a jamais vu. Le tailleur y travaille depuis longtemps, mais toujours après avoir fabriqué les outils essentiels de la vie quotidienne, une sorte de passe temps.

Cet objet ne ressemble pas à une arme, il est cylindrique, creux et avec plusieurs petits trous.

Le tailleur explique au chef qu’il doit le mettre en bouche et souffler dedans. D’abord hésitant, il s’exécute et est stupéfait du son aigu qui en sort, il recommence et souffle plusieurs fois, ça l’amuse. Vu cet enthousiasme, le tailleur lui offre ce nouvel objet, de toute façon, il sait maintenant comment en fabriquer d’autres. Sans le savoir, il vient de créer la toute première flûte.

C’est maintenant chez les femmes de la tribu qu’il se rend. Elles travaillent toutes ensemble.

Toutes les peaux des animaux tués au cours des chasses sont rassemblées et triées. Elles ont été bien nettoyées, grattées et séchées. Les plus grandes serviront de couvertures, les plus épaisses seront transformées en chaussons pour tous les membres de la tribu.

Les plus chaudes sont découpées et quelques femmes spécialisées les assemblent afin de réaliser des vêtements pour la saison froide. La couture aussi est récente, l’aiguille à chat du tailleur d’os est une vraie révolution. Ce sont sûrement là les premiers pas de la couture.

Le chef en profite pour se procurer une nouvelle outre, la sienne est trouée et l’eau est indispensable à toutes les expéditions de chasse.

Les jeunes enfants sont là sous la surveillance des femmes, le chef en profite pour leur parler et les prendre dans ses bras, il sait qu’ils sont l’avenir du clan.

Il promet aux plus grands qu’il va bientôt les emmener à la rivière pour leur apprendre la pêche.

Il leur expliquera aussi la manière de placer les pièges pour attraper les petits animaux, ainsi ils pourront eux aussi devenir de grands chasseurs.

Enfin, il termine sa visite matinale chez « l’artiste », celui qui sait si bien représenter le clan dans ses diverses activités. Ils sculpte de nombreux objets en os, pierre, ou en bois de Renne.

image590nn9kv.gif

Aujourd’hui, c’est à la peinture qu’il travaille.

Pour ce faire, il utilise des colorants naturels, tirés des roches. Il obtient ainsi des rouges, des oranges et des jaunes. A partir du charbon de bois ou d’ossements brûlés, il obtient le noir.

Il décore pour le moment une des grottes, le chef entre et est émerveillé par la belle peinture qu’il trouve devant lui. L’artiste a représenté le chef et ses chasseurs en train de vaincre un mammouth.

L’artiste avait bien écouté le récit du Chef et s’en était inspiré pour son œuvre.

Il est content, ses exploits resteront là, à la vue de tous, tous sauront qu’il est un grand chasseur. Il remercie l’artiste et décide qu’il est maintenant grand temps d’organiser la journée des chasseurs.

Il les convoque tous autour du feu, il leur explique qu’aujourd’hui il a décidé d’aller plus loin, hors des limites habituelles de chasse. Les paroles de l’Ancêtre au sujet des images de la nuit ont donné envie au Chef  de faire de nouvelles découvertes. Lesquelles ? Il l’ignore, mais tout ce qu’il retient ce sont les paroles de l’Ancêtre : « Il va vivre une des plus belles journée de sa vie ».

Comme il n’est pas certain de rentrer pour la nuit, il demande à quelques uns de ses meilleurs chasseurs de rester là pour veiller sur le clan.

23:41 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 3

(PRESENT)

Après avoir effectué le gros du travail sur votre visage, c’est le grand moment de décider les habits que vous allez porter aujourd’hui. Et là, pour beaucoup, c’est le moment ou tout se complique !

Vous ouvrez votre garde robes, et il y règne en général un fouillis indescriptible, du moins, si comme beaucoup vous travaillez plein temps et que vous n’avez pas de femme de ménage.

bleugarderobesmall2gi.jpg

Et ici, il est utile d’ouvrir une parenthèse.

Dans le cas où vous formez un couple avec des enfants, il est important, si vous êtes un Homme, de comprendre votre femme. Comme vous, elle travaille la journée, et lorsqu’elle rentre après avoir été récupérer les enfants à l’école et fait les courses, elle se met à préparer le repas, lancer la machine à laver le linge, et termine en général sa longue journée par la vaisselle, ce n’est pas le moment de vous plaindre et de lui dire que vous êtes fatigué. Il est aussi bon de pouvoir comprendre qu’un certain désordre règne peut-être dans la garde robe, et que vos habits ne sont peut-être pas repassés selon vos goûts. Malgré que beaucoup de choses soient automatisés actuellement, votre Femme, elle, n’est pas une machine ! Je referme la parenthèse !

Rapide coup d’œil sur la montre, il est grand temps de se décider, qu’allez vous mettre, cela devient de plus en plus compliqué. Il faut éviter de mettre ce que vous avez mis la semaine précédente, le paraître en prendrait un coup, on risquerait de vous prendre pour quelqu’un de minable.

Une chance que la plupart des habits sont maintenant faits dans des matières qui ne demandent plus de repassage. Autre paradoxe, la vie augmente, mais le coût des habits, lui, diminue. Ce qui entraîne irrémédiablement la disparition des petites couturières. Au prix que vous payez, mieux vaut les jeter, ou les donner pour les pauvres, histoire d’avoir bonne conscience, plutôt que de les faire réparer. Et puis, il faut rester à la mode, ce qui ne vous laisse pas le temps de les user.

Le fer à repasser est lui aussi en train de devenir un objet du passé. Cela devient un luxe que seul les gens aisés peuvent encore faire faire à leur Femme de ménage, vous, vous n’avez plus le temps.

repassage28oq.jpg

Enfin, finalement vous trouvez votre bonheur, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire vous voila habillé de la toute dernière mode,  « made in Taiwan », ou « in China ».

Espérons que dans la hâte vous n’ayez rien mis à l’envers, ce serait désagréable si quelqu’un vous en faisait la remarque.

Il est maintenant plus que temps de vite retourner devant le miroir, vérification du reflet général et dernières retouches.

Ouf, 7heures 55, dans les temps, reste à vite faire l’inventaire des choses à ne pas oublier pour la journée, et pour beaucoup, c’est le moment d’engouffrer la deuxième tasse de café.

Dernière chose, vérifier si vous avez bien vos trois trousseaux de clefs, votre G.S.M, votre portefeuille, vos cartes bancaires, votre groupe sanguin, votre carte de mutuelle,…..et bien évidemment, vous alliez oublier, vos Chaussures. Vous ne seriez pas le premier à sortir en pantoufles.

(FLASH BACK)

Le moment du premier grand rassemblement de la tribu est arrivé, ce n’est nullement une obligation, mais tous aiment se retrouver ensemble et partager la nourriture et les impressions.

Autour du feu, toute sortes de nourriture à été rassemblée.

nourriture1jf.jpg

Il y a de la viande, cuite le jour avant, des fruits cueillis dans la forêt si généreuse et d’autres plantes et racines qui font parties de tous les repas du clan.

Notre Homme des cavernes n’est pas exigeant en matière de nourriture, pour lui, le fait de manger à encore son but premier qui est la survie. Il mange tout simplement pour vivre et ne prélève à la Nature que ce dont il a besoin.

Du fruit de ses chasses, rien ne sera gaspillé, les peaux feront de bons habits ou de bonnes couvertures, les os serviront à fabriquer certains outils et la viande assurera l’énergie dont il a besoin pour maintenir sa forme physique.

La réunion du clan est l’occasion pour le partage de l’acquis de chacun.

Tout est sujet à discussion et émerveillement, Notre chef explique ses observations près de la cascade et en conclut que l’Homme et les Animaux sont finalement assez semblables.

Eux non plus ne tuent pas pour rien, et il leur raconte qu’un jour, il était dans la forêt et qu’un fauve aux longues dents est passé tout près de lui, le chef l’avait observé, l’Animal était en train de finir son repas, le ventre plein, il s’est détourné de sa proie, s’est dirigé vers le Chef et est passé à côté de lui, l’a reniflé, et à continué son chemin. Peut être un jour se rencontreront ils encore et si l’un des deux a faim, ce sera alors un combat à mort, et le plus fort se nourrira de l’autre, c’est une question de survie. Mais ce qui est certain, c’est que l’esprit du vaincu sera respecté par l’autre.

Ayant écouté notre chef, les Anciens s’expriment à leur tour, et tout le monde les écoute, ils sont l’âme du clan, ils détiennent le savoir, tout ce qu’ils disent est entendu et retenu.

Eux aussi, ils ont été de grands chasseurs, et si la tribu a pu survivre, notre Chef sait très bien que c’est grâce aux Anciens. Chaque fois qu’il doute, ou qu’il a des décisions à prendre il les consulte.

Aujourd’hui, le chef est tracassé, pendant la nuit, ses yeux ont vu de drôles d’images, rien de comparable avec ce qu’il connaît. Oh, il a bien l’habitude d’en voir des images bizarres la nuit, mais celles-ci lui ont laissé une impression particulière.

reve9gx.jpg

C’est donc le moment d’en parler aux Anciens, s’ils pouvaient l’éclairer et lui en donner la signification, il se sentirait mieux.

Un des Ancien lui explique que lui aussi a vu  une nuit des images semblables, ils ne peux en expliquer les raisons, mais ce dont il se souvient, c’est que sa journée suivante fut une des plus belles qu’il lui ait été donner de vivre.

A ces paroles, le Chef se réjouit, et voyant cela, toute la tribu se sent sereine. C’est maintenant le moment pour chacun de se préparer aux occupations de la journée.

Aucun ordre n’est donné, chacun sait ce qu’il doit faire.

La partie active de la journée peut maintenant commencer.

 

23:41 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 2

(PRESENT)

La salle de bain, quelle pièce importante, chacun y soigne son ego et tente de s’arranger au mieux pour soigner son paraître.

Paraître est un élément capital de nos jours, au delà de toute logique, votre personnalité n’intéresse que si votre paraître tient la route. Et si c’est le contraire, vous serez évité comme un pestiféré.

L’esprit plus clair, votre salle de bain vous semble trop calme, c’est le moment pour beaucoup d’y allumer la radio, histoire de créer l’ambiance.

Que vous soyez une femme ou un homme, arrive la dure épreuve qui consiste à se présenter devant le miroir, afin de mieux évaluer l’ampleur du travail nécessaire au bien être du paraître.

hanspetelesplombsmiroir3jm.jpg

Tout à coup, un bruit bien connu vous interpelle, c’est la radio, elle vient d’annoncer l’heure, 7heure30. Zut, 6 minutes de retard sur le planning, il va falloir négliger certaines étapes, mais lesquelles ?

Vite, sous la douche, au lieu de 5 minutes, il faut la faire en 3 minutes.

A demi séché, vous vous retrouvez à nouveau devant ce miroir, qui chaque jour vous renvoi la même image, la vôtre. La quarantaine acquise, la moindre tache ou nouvelle ride vous obsède, c’est vrai que vous ne vous faites pas à l’idée de vieillir. La vie passe si vite, et vous avez la sensation d’être passé à côté.

Mais bon, le temps presse, pas le temps de réfléchir, il faut se préparer, à 8 heures vous devez impérativement sortir de chez vous.

C’est le moment de sortir toute la panoplie du paraître.

Généralement, dans l’armoire de salle de bain se trouve toute une série de produits qu’il me plairait bien de nommer les « Anti » (Anti-cernes, anti-rides, anti-pelliculaire, anti-transpirants, anti-plaque dentaire, anti-inflammatoire, anti-cellulite, anti-dépresseur, anti-calcaire ……….).

Selon que vous soyez un Homme ou un Femme, les choses se présentent différemment, quoique, selon les dernières tendances cela semble se confondre.

La Femme doit s’adapter, tout change rapidement, pas le temps d’épuiser un rouge à lèvre qu’un nouveau modèle à la formule révolutionnaire se trouve déjà sur le marché.

En quelques années, l’Homme est passé du rasoir simple lame, aux doubles lames, puis au triple sans compter avec les rasoirs électriques, les plus récents peuvent même être utilisés sous la douche.

display3sh.jpg

Comme on vient d’inventer la tondeuse à gazon qui tond toute seule, il ne reste plus qu’à adapter le système pour le rasage, on pourrait se réveiller déjà rasé, quelle évolution !! Nous vivons une époque formidable !!

 

(FLASH BACK)

Après avoir admiré le levé de Soleil, notre Homme des Cavernes se dirige vers la rivière, une centaine de pas et le voila devant la cascade. C’est pour lui l’occasion de se désaltérer.

cascades051cn.jpg

L’eau fraîche et transparente lui renvoi son image, il se reconnaît et en profite pour se rafraîchir le visage et les mains.

Le son de la cascade et le chant des oiseaux forment un bruit de fond familier.

Soudain, son regard est attiré vers l’autre berge, quelques petits animaux viennent d’arriver, comme lui, ils viennent se désaltérer. Ils n’ont pas peur de lui, ils savent que l’Homme n’est pas là pour la chasse.

Curieux de nature, l’Homme reste là, il veut observer ces animaux, essayer de les connaître pour mieux pouvoir les reconnaître.

Les animaux sont au nombre de huit, dont deux petits, plus il les observe et plus il trouve de similitudes de comportement par rapport à lui et les siens, lui aussi il protège ses petits.

Absorbé par ce spectacle il n’a pas tout de suite remarqué l’arrivée d’autres membres de son clan.

Il viennent à côté de lui et en silence partagent le spectacle, ils leurs explique alors tout ce qu’il a vu, et tous l’écoute avec attention, car c’est lui le chef du clan.

Chef est un bien grand mot, car en fait, il ne donne jamais d’ordres, il ne s’est pas imposé, tout s’est fait naturellement, sa force, son courage et sa sagesse ont forcés le respect.

Avant de retourner vers le clan, ils remplissent quelques gourdes pour apporter l’eau aux petits et a tout ceux qui ont difficile à se déplacer.

En chemin, ils ramassent quelques branches, pour alimenter le feu, qui avec la nuit n’est plus qu’un amas de braises.

De retour au campement, tous sont maintenant réveillés et attendent le chef pour s’installer autour du feu et partager la nourriture.

Le déjeuner se doit d’être copieux, il faut des forces pour vaquer aux occupations de la journée qui sera pleine de sensations et de découvertes.

23:41 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 8

(PRESENT)

De dossiers en dossiers, les yeux déjà un peu lourds face à cet écran lumineux, l’heure de la pose de 10 heures approche car dans la bureaucratie, on n’a pas perdu les bonnes habitudes de l’école, la récréation approche. C’est le moment ou l’on peux relâcher quelques temps la concentration (du moins pour certains) et éventuellement échanger quelques moments avec les collègues.

C’est aussi le moment de prendre sa dose de caféine et pour certain la nicotine, la quinine, l’aspirine, la sédergine, l’amphétamine ou au mieux le « complément vitamines »  bref, tout ce qui est « in » dans nos habitudes de ce début de 21ème Siècles, de quoi ne surtout pas être « out », car la forme c’est le plus dur à préserver depuis notre « explosion technologique ». Ce doit être dans l’Air du temps !

Pour vous ce sera le café, vous faites partie de ces gens pour qui cette boisson « Ancestrale » fait partie des senteurs de la vie, de plus, la boire vous donne ce coup de fouet tellement nécessaire à votre concentration.

dyn006_original_324_399_pjpeg_2505109_749169a9e193a31a4f2e351eb1344c8e.jpg

Même si cette nouvelle « Science », la Diététique qualifie le café de néfaste pour l’organisme, pour vous, cette boisson a fait ses preuves. De toute manière, que boire de meilleur, en ce 21ème Siècles plus rien n’est bon, toutes les boissons sont un jour ou l’autre critiquées. Même l’eau, la base de toutes les boissons contient sa part de Nitrates, c'est-à-dire de pollution.

En ouvrant n’importe quel magazine de la vie saine, vous y lirez que le Café est mauvais, les boissons « modernes » telles les Colas, les orangeades, citronnades sont déconseillées pour la ligne, les alcools sont à éviter, les eaux, oui, mais éviter l’eau du robinet et bien lire les étiquettes des eaux en bouteilles, toutes ne sont pas bonnes.

Les jus de fruits sont considérés bénéfiques, à condition que les fruits proviennent de l’Agriculture « Bio », mais pas non plus d’excès, car sinon le transit intestinal en prendra un sacré coup.

Et dire que ces magazines se vendent par milliers, vous, vous ne débourseriez pas un centime pour suivre des conseils qui vous conduiraient aux portes de l’Anorexie.

Quelle honte pour vous que serait l’idée qu’un seul de ces magazines parvienne un jour en plein milieu de l’Afrique, dans la zone aride, là ou la moindre goutte d’eau, propre ou non est un trésor, là ou l’on ne se pose pas la moindre question de savoir si la boisson que l’on ingurgite est saine ou non.

dyn006_original_450_314_pjpeg_2505109_95cebdd33b542b31f28e11f6040a81b0.jpg

Non, rien de tout cela pour vous, au Diable l’avis bien pensant de ces « généreux » diététiciens vous dégustez votre café car comme la vie est vite passée, autant ne pas la perdre en privations.

Des centaines de milliers d’années d’évolution, et l’Homme est parvenu au 20ème Siècles sans que personne n’ait besoin de lui dire ce qui était bon pour lui ou non. Tout ce qu’il a consommé, il l’a fait en se fiant uniquement à son instinct, sans se poser de questions, et vous votre instinct vous dit que vous aimez le café, alors, tant que cela ne changera pas, vous en boirai, sans vous poser de questions.

Votre café bien corsé à la main, vous prenez part aux discussions de vos collègues. Ce n’est pas toujours très enrichissant, mais encore une fois, c’est une vague continuation des discussions de cour d’école.

Des petits groupes se forment, et comme dit le vieux dicton, « qui se ressemble, s’assemble », et c’est bien là l’erreur, car pour vous, seule la différence enrichit les échanges, et vous, vous allez de l’un à l’autre, vous mêlant lorsque la discussion vous intéresse.

Mais là, en général, rien n’y fait, les Mamans se regroupent avec les Mamans, histoire de parler des dernières évolutions en matière de couches culottes, vous savez, celles « avec le petit élastique là ».

dyn006_original_493_368_pjpeg_2505109_1fb8776c3284533487a735c982bedf9c.jpg

La discussion continue par le dernier petit « Re » pour en général aboutir sur la consistance des dernières selles. Là, afin de mieux savourer votre café, vous passez à un autre groupe, celui des « vrais » hommes, là ou on connaît par cœur les derniers résultats du championnat de football, ou la dernière étape du « Tour de France » et quand l’actualité sportive est au repos, ont a droit à ces bonnes vieilles blagues cochonnes de ce bon cher Monsieur Dupont, le spécialiste « toutes catégories » comme il en existe au moins un dans chaque administration.

dyn006_original_519_388_pjpeg_2505109_da3cb81450fc2eec862ac534e9068e04.jpg

Non, décidemment pas pour vous !

Le groupe suivant, celui des « vraies Femmes », vous le passez d’office, car immuablement, depuis des années on y discute que de Dior, Bourjois, Chanel, Dim, cellulite, masques anti-rides, crèmes d’épilation ou en général tout ce que l’on retrouve dans tous les magazines féminins.

Ah, voilà le groupe du coq du village, le Richard Gere de bureau, et toute sa cour de prétendantes qui se font du rentre dedans pour s’assurer son intérêt, pas pour vous non plus.

Enfin, voilà « votre » groupe, celui que vous fréquentez le plus, un groupe mixte ou les discussions ne sont jamais les mêmes, souvent basées sur l’Actualité, on y discute de tout en général, mais chacun à ses avis, différents, mais pour vous, c’est ça le partage, et souvent c’est très enrichissant.

Mais comme toujours, là ou l’intérêt est suscité, le temps se met à accélérer et la « récréation » touche très vite à sa fin. C’est déjà l’heure de retourner à vos dossiers, et le temps va recommencer à s’écouler lentement, très lentement, jusqu’à l’heure de table.

(FLASH BACK)

Le moment de se remettre en route est venu, et comme le feu est disponible, le Chef demande à ses Hommes de se munir de torches, il sait que le feu effraye les Animaux, et tous ne seront peut être pas aussi inoffensifs que ce poisson dont ils se sont emparés de l’Esprit.

Ils continuent donc leur remontée de la Rivière, tout en ne perdant rien du spectacle de ces poissons à la volonté de Fer. Il doit y en avoir des centaines.

Un moment donné, le Chef s’arrête net, il a repéré au loin un passage rocheux, qui permettrait la traversée, le Shaman avait raison. Le seul problème est qu’il y distingue aussi d’étranges silhouettes assez imposantes, cela a bien l’air d’un Animal, mais il est encore trop loin pour le déterminer.

Le groupe se met alors à évoluer l’arme au poing, avec prudence, afin de s’en rapprocher et ainsi évaluer la situation.

Ils sont maintenant assez proches, et le Chef ne connaît pas cet Animal. Il sont plusieurs, figés sur les rochers qui coupent la Rivière, et ils ne semblent intéressés que par ces poissons qu’ils projettent sur la berge à l’aide de leurs énormes griffes. Leur appétit semble être égal à leur corpulence, ils dévorent les poissons par dizaines.

dyn004_original_400_308_pjpeg_2505109_df2a98dc72b501eed18a3b6b261060b1.jpg

Le Chef juge le rapport de force trop au désavantage de son clan, mieux vaut contourner prudemment cet endroit et trouver un autre passage. Cet Animal à l’air trop puissant, et surtout en trop grand nombre que pour risquer la vie de ses Hommes.

Ils pénètrent donc dans la forêt en prenant garde de ne pas se faire repérer. De toute façon, ces Animaux que plus tard nous appellerons « Ours » ont l’air trop occupés avec leur « pêche miraculeuse » pour remarquer notre petit groupe.

Une fois certains d’avoir contourné la « zone à risques » ils reprennent la direction de la rive.

Soudain, presque arrivés, ils sont surpris par l’un de ces Ours, se rendant probablement auprès de ses congénères.

Dans un premier temps, l’Ours a l’air aussi surpris qu’eux, mais directement, il se dresse sur ses deux pattes arrières, en émettant des grondements sourds.

dyn004_original_504_401_pjpeg_2505109_2a6d917674bc022093d439bd7f41cbde.jpg

L’arme au poing, les chasseurs font face, ils ne connaissent pas cet Animal, mais vu ses trois mètres de hauteur, ses griffes de dix centimètres et ses dents bien acérées, ils sont sur la défensive.

Le Chef, demande à ce que les torches soient approchées et présentées face à l’Animal.

Il veut éviter de le tuer, ils ne sont pas en chasse et il trouve inutile d’ôter une vie si cela n’est pas nécessaire, ce serait un manque de Respect vis-à-vis de l’Esprit de cet Animal.

Il sait aussi qu’il faut éviter de le blesser, il se souvient d’un fauve aux dents de sabre qui, une fois blessé, était devenu plus dangereux qu’auparavant.

C’est donc les torches à la main et en poussant des cris qu’ils font face à cet Ours qui lui aussi est impressionné et finit par reculer. Les Hommes se rapprochent à nouveau, et finalement, l’Ours préfère abandonner et s’enfuit dans une autre direction, il rejoindra ses congénères par un chemin plus tranquille.

La voie est maintenant libre, et l’Ours et les Hommes se souviendront longtemps de leur rencontre inopinée.

Ils poursuivent leur chemin le long de la rive, et enfin, une véritable opportunité de traversée se présente à eux.

La Rivière y est un peu moins large, le courant toujours aussi fort, mais un géant de la Forêt s’est couché sur le sol, son tronc énorme joint les deux rives et permet à notre groupe de se retrouver rapidement de l’autre côté.

dyn004_original_500_392_pjpeg_2505109_257224eb9d6b960f06008fc9e6ab175e.jpg

Soulagé, le Chef reprend la tête du groupe et d’un pas soutenu, se dirige à nouveau droit devant lui, tout en savourant déjà les Richesses de cette expédition. Que d’émotions et de découvertes en si peu de temps, plus que jamais, il est résolu à continuer.

 

 

23:40 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Le Retour aux Sources: Chapitre 7

(PRESENT)

Votre bureau est là, avec une température digne d’un climat subtropical. Toute l’année la même température, 22°C, seul votre petit calendrier est là pour vous rappeler la saison de l’année.

A chaque Siècle ses nouveaux Dieux, le Dieu « Airco » est très prometteur, avec ce réchauffement climatique dont vous entendez de plus en plus parler, vous voilà à l’abri.

Du moins vous le pensez, car comme beaucoup, vous ignorez que cet air conditionné consomme encore plus d’énergie pour refroidir les locaux en Eté que pour les chauffer durant l’Hiver, ce qui engendre inexorablement un impact encore plus négatif sur les mesures à prendre pour lutter contre le Réchauffement Planétaire.

Bon, au boulot !!!

Une pile de dossier se trouve sur votre bureau, à côté d’un autre nouveau Dieu Absolu, Dieu parmis les dieux,  votre ordinateur, celui sur qui repose toute la mémoire de votre travail, au diable la belle écriture, plus d’originalité, vous c’est le « Times New Roman ».

dyn006_original_450_540_pjpeg_2505109_536611b536576e3ceb0c844067e088b4.jpg

Vous avez hésité entre «  l’Arial », le « Century Gothic », le « Bookman Old Style », ou encore le « Microsoft sans serif » (où vont-ils chercher tous ces noms ?), mais finalement, autant rester simple !
De toute façon, pour vous et surtout pour les autres, c’est mieux ainsi, car il y a longtemps, à l’époque du stylo à bille, votre écriture était couramment appelée par vos lecteurs « Ecriture de pattes de Mouches » et apparemment, ils n’aimaient pas cela.

En plus, plus besoin d’être maître en orthographe, vous écrivez presque phonétiquement et Dieu Ordi vous rectifie le tout GRATUITEMENT et sans se moquer de vous! Vive le progrès !

Les pouvoirs du Dieu Ordi sont immenses. Il peut tout contrôler, son savoir est immense, il peut faire voler un avion, et oui, c’est lui le fameux pilote automatique, il contrôle le trafic aérien, la plupart des systèmes de sécurité, la construction des voitures, la gestion de vos comptes, il est même capable de penser pour vous, donnez lui les mesures de votre jardin et en quelques minutes, il l’aura aménagé, déterminé la liste des plantations, choisi les matériaux, et même estimé le budget nécessaire, le temps que vous devrez passer à l’entretien, et le jour de sortie de vos poubelles, formidable, non ?

A l’heure actuelle, tout passe par lui, mais là ou il vous agace, c’est lorsqu’il devient mouchard et l’Allié « collabo » de l’Etat. Il peut tout lui raconter sur vous, via tout son réseau et sur simple demande d’un bureaucrate « sous serment » soucieux de vos intérêts.

En quelques clics, celui-ci peut connaître vos préférences en matière de viande, vos goûts vestimentaires, votre coiffeur préféré, les restaurants ou vous aimez vous rendre, les films qui vous branchent au cinéma, les gens auxquels vous téléphonez, et même l’état de vos finances au centime près.

Cela vous fait froid dans le dos, surtout lorsque vous entendez qu’il est prévu qu’à l’avenir, tout se fasse par l’intermédiaire de ce Dieu peu scrupuleux. Adieu le Respect de la vie privée.

Bon, revenons en à ces dossiers qui se trouvent devant vous. De vraies reliques !

Tous des Anciens dossiers, remplis de lettres écrites avec des « Machines à écrire », des antiquités !

dyn006_original_246_195_pjpeg_2505109_a65ee58b696e1a0e029f75996815900d.jpg

Pourtant, cela ne semble pas si ancien, vous vous souvenez avoir connu ces machines tellement pratiques à l’époque, d’abord, à rubans, puis à cassette carbone, tellement vite démodées avec les débuts de Mister Ordi.

Avec Windows XP que vous utilisez aujourd’hui, et ayant travaillé sur  ces « machines à écrire », vous vous sentez comme un échappé de « l’Age de Pierre » tellement cette évolution fut foudroyante.

Votre boulot du moment consiste à redonner une nouvelle « jeunesse » à ces dossiers, les encoder dans la mémoire de « Dieu Ordi » en incluant toute l’historique de chacun d’entre eux.

Chacun de ces dossiers concernait des personnes ou l’ancien classement était fait suivant les noms et donc par ordre alphabétique, mais ça aussi, c’est du passé, donc, chaque nouveau dossier aura désormais un numéro.

A l’heure actuelle, démographie et mémoire « Pentium » oblige, le nom des gens n’est plus important, qui vous êtes, on s’en fiche, seul comptent les numéros de référence qui vous sont attribués.

dyn006_original_200_253_pjpeg_2505109_7df5e48b4eb4b0d6dc55994d1e8ceeff.jpgdyn006_original_230_176_pjpeg_2505109_0b85bf4755193f9a59edbf3dcfbc2010.jpg

 

Il faut s’y faire, l’individu du 21ème Siècles est un numéro et cela dans tous les domaines.

Peu importe où vous vous rendez, faudra sortir vos numéros, et cela ne va pas simplifier votre mémoire ! (Numéro de TVA, numéro de Registre de Commerce, numéro de référence, numéro de téléphone, numéro de contrat, numéro de carte, numéro de compte, numéro national, numéro de ticket, numéro de facture, etc,………..).

Des dizaines et des dizaines de dossiers qu’il vous faut là encoder soigneusement, en évitant la moindre erreur, car dans le cas contraire, les gens dont vous traitez les informations pourraient très bien se retrouver devant de sérieux problèmes. Au contraire de l’Humain, Dieu Ordi lui ne rate aucune information et mettra l’accent sur tout ce qui est « illogique ».

Ce travail vous prendra bien six mois de votre vie, mais bon, ça ou autre chose, vous êtes payés pour. Une chose est sure, en cas de nouveau système de données, tout se fera sans vous, car une fois encodées, c’est Dieu Ordi en personne qui réalisera les conversions.

 
(FLASH BACK)

Le groupe continue à progresser, toujours plus à l’Ouest, et au fur et à mesure de leur progression, le bruit de fond encore familier jusque là commence à être envahis par une sorte de grondement sourd, de plus en plus fort qui ressemble un peu au bruit d’une cascade, mais bien plus fort et bien plus sourd, tous redoublent de vigilance, bien qu’ils sont certains qu’il ne s’agit pas là d’un Animal.

Le bruit s’intensifie encore et finalement, ils comprennent, ils ne peuvent plus avancer.

Devant eux, leur coupant la route, une Rivière dont la largeur doit être d’une bonne dizaine de mètres, mais avec un courant d’une force qu’ils n’avaient jamais pu imaginer, même lors de leurs plus gros cauchemars.

dyn006_original_400_300_pjpeg_2505109_d708eb2e32d9d52880ca3f52e9895fa1.jpg

Inexpérimentés dans ce genre de rivière ils ne se doutent pas de la force que peut avoir un tel courant, et un des membres du groupe s’apprête à traverser la Rivière.

A ce moment, Kirka émet un avis, elle éprouve une certaine crainte et suggère que celui qui traverse soit attaché à une liane que tous tiendraient. Le Chef l’approuve et c’est donc attaché qu’un des Hommes commence sa progression dans la Rivière.

Sa progression est difficile, il a très vite de l’eau jusqu’à la taille, avance de plus en plus difficilement, l’eau monte encore, arrive à ses épaules, et là, il ne peut résister, il est emporté par la force du courant, la liane se tend, et avec force, les autres arrivent à le ramener à la berge.

Le Chef doit se rendre à l’évidence, traverser à cet endroit est impossible, il leur faut longer la berge en espérant trouver un passage.

Le Shaman suggère de remonter le courant, d’après son expérience, il y a beaucoup de chance pour que la Rivière y devienne moins large, ou qu’ils rencontrent une quelconque barrière rocheuse qui permette la traversée.

C’est donc vers l’Amont que le groupe se met en route. La végétation change, et le Shaman est intrigué par une sorte de Mousse épaisse d’un vert très sombre, il sait que les Mousses sont parmis les végétaux les plus anciens, et il en prélève un échantillon qu’il met dans son sac.

De plus en plus de grandes fougères bordent les berges, et toujours ce grondement de cette eau qui dévale à grande vitesse.

Leurs regard est soudain attiré par des reflets argentés qui jaillissent partout dans la rivière, ils s’arrêtent pour mieux observer, et s’aperçoivent que ce sont des poissons.

dyn006_original_362_193_pjpeg_2505109_4f74f5da842ce1c38cc412f231ecdcf1.jpg

Ils ne comprennent pas, ces poissons remontent ce courant, dépensant une énergie considérable pour avancer. Ils sont en admiration devant le courage de ce Poisson, mais ils ne perceront pas encore ce mystère, même le Shaman ne peut encore expliquer que la force qui motive ce que l’on appellera plus tard « le Saumon » n’est autre que la reproduction, la continuité de l’Espèce.

Si la Nature a su se montrer clémente avec certaines Espèces, pour d’autres la reproduction aura un goût amer de sacrifice.

Le spectacle est fascinant pour le Chef, il admire et respecte de plus en plus le courage des Animaux.

Soudain, un de ces poissons, au prix d’un saut incroyable aboutit aux pieds du Chef.

Il doit bien mesurer 60 centimètres, le Chef n’en croit pas ses yeux, et il attribue ce cadeau à une volonté Divine, ce Poissons est une offrande, la Nature lui fait un précieux cadeau.

Un poisson doté d’une telle force et d’un tel courage qui s’offre à lui. Il ne peut le refuser, et comme ils ont déjà bien marché, il propose à ces Hommes de préparer un feu et de partager ce somptueux Repas qui leur communiquera sa force, et ce qui est certain, c’est qu’ils en auront besoin pour la suite.

Sans aucun ordre, chacun s’affaire au plus vite pour préparer le feu. Ils connaissent tous leurs tâches.

Un des chasseurs sort de son sac les silex qui donnent le feu, il en sort également une touffe d’herbes très sèche, et attend qu’un autre revienne avec les brindilles sèches ramassées dans les environs.

Il cogne alors rapidement à répétition les « pierres à feu » et les étincelles tombent sur les herbes qui s’enflamment rapidement.

dyn006_original_425_319_pjpeg_2505109_0c025a956b8f18efaf9b02c43e43c8e3.jpg

C’est alors le moment d’y rajouter petit à petit les brindilles, et très vite le tout s’enflamme.

Un troisième chasseur est alors de retour avec le bois sec qui servira à entretenir le feu.

Le foyer est maintenant suffisamment important pour permettre la cuisson.

Le Saumon est alors enfilé sur un long bâton pointu, et prêt à cuire, mais au préalable, le Chef prononce quelques mots pour remercier la Nature de ce précieux cadeau, mais aussi, il remercie l’Esprit du poisson de lui communiquer sa force et son Courage.

Le Poisson est alors mis à cuire, et très vite, prêt à consommer. Ils sont sept et sept parts égales sont découpées.

Leur surprise est grande lorsqu’ils découvrent la couleur de la Chair de ce Poisson, ils n’ont jamais vu une chair rose orangée, et cela rajoute encore un peu de mystère à cette surprenante offrande.

Pour la première fois, ce repas n’a pas le sens premier de nourriture, mais plutôt, un genre de cérémonie, une communion avec la Nature et ses mystères.

C’est donc sans précipitation qu’ils prennent le temps de savourer cette chair à la couleur et au goût si particulier et tellement différent des autres poissons.

Le discours du Shaman aidant, ils se sentent tous plus fort, la magie de la Croyance a fait son œuvre, ils se sentent investis d’une partie du courage et de la Force de ce Poisson étrange.

23:40 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |