23/08/2005

Le Retour aux Sources: Chapitre 4

(PRESENT)

Rapide coup d’œil sur la montre, il est huit heure pile !

Vous voila soulagé, vous êtes dans les temps et pour la 2582 ème fois, vous vous apprêter à effectuer ce fameux exode vers votre lieu de travail. Vous quittez votre habitation si rassurante pour rejoindre cette jungle urbaine aux multiples pièges.

Mais avant, il vous faut brancher votre super alarme, espérons que vous vous souveniez bien du code, fermer à triple tour les trois serrures de votre double porte blindée.

Tout cela vous a coûté beaucoup d’argent, mais c’est vrai que comme tout est convoité en ce Monde, on n’est jamais trop protégé.

Et voila venu un des moments les plus important de votre journée, en quelques minutes, vous pouvez basculer de la joie, aux pleurs, en passant par la colère. Il n’y a pas à dire votre humeur dépendra beaucoup de ce que vous trouverez dans votre Boite aux lettres.

Le chemin pour y arriver sera différent selon que vous habitez une maison ou un appartement au 23 ème étage d’un building de 200 appartements répondant au doux nom de Deauville, Italie, Venise ou encore Trafalgar, bref, un vrai havre de paix !

Dans ce deuxième cas, le chemin jusqu’aux boites aux lettres peut se révéler un vrais parcours du combattant.

Eh oui, pour les ascenseurs aussi, c’est l’heure de pointe, mais bon, il y en a quand même quatre.

caissepopascenseurs5ux4ty.jpg

Vous appuyez sur tous les boutons et là, il n’y a plus qu’à attendre. Le premier s’arrête, vous ouvrez la porte, mais il est rempli et qui plus est, il monte. Vous refermez la porte. Sur ce temps là, le deuxième ascenseur s’arrête, vous ouvrez, il est plein de gens des étages supérieurs, pas de chance !

Vous ré appuyez sur tous les boutons et vous commencez à râler, pas encore vu passer le Quatrième, mais que se passe-t-il ? Sûrement la vieille du deuxième qui discute avec sa voisine en tenant la porte ouverte.

Ouf, le troisième vient de s’arrêter, il en a mis du temps ! Vous ouvrez et vous y rencontrez la concierge qui vous dit qu’elle nettoie les portes et qu’elle doit s’arrêter à tous les étages, bref, en quelque sorte, un omnibus. Là s’en est trop, vous l’enguelez en lui disant qu’il y a d’autres moments pour faire ce genre de travaux. Vous refermez la porte, trop long pour arriver au rez de chaussée.

Et ce quatrième ascenseur, toujours pas passé. Sur ce, le premier est de retour, vous ouvrez la porte et il est à nouveau plein, là, votre sang ne fait qu’un tour,  et malgré les plaintes des occupants, vous poussez et arrivez à vous infiltrer contre une des parois. Enfin ! En route pour la sortie !

Finalement vous en sortez, et votre attention se porte sur le quatrième ascenseur et vous comprenez ! Le technicien est là pour l’entretien, décidemment, lui et la concierge, ils se sont donnés le mot !

Enfin, vous vous consolez, car, tout comptes faits, vous avez eu de la chance qu’il n’y ai pas eu de panne de courant. Quatre cent marches d’escalier et vous étiez bon pour l’hosto.

Bon, c’est le moment, qu’y a-t-il dans cette boite aux lettres ?

10boiteauxlettres101small7yi3n.jpg

D’après votre expérience, vous savez que les bonnes nouvelles sont rares, au mieux, il s’agit de factures habituelles, gaz, électricité, eau, télévision, taxe sur les poubelles, taxes communales, taxes régionales, taxes provinciales, taxes nationales, taxes d’environnement, taxe de circulation, ……..

Jusque là , tout va bien, mais ce que vous craignez le plus, ce sont les mauvaises surprises, ce qui est hors du budget, amendes, factures oubliées dans le tas et « aimablement » rappelées par un huissier, décompte de contributions, nouvelles taxes,……

C’est donc à la fois curieux et plein d’appréhension, que vous ouvrez la fameuse boite aux lettres.

Coup d’œil rapide, 3 enveloppes brunes et deux blanches, vous n’aimez pas les brunes, les enveloppes des ministères, souvent les finances, quelques rares fois des remboursements, mais le plus souvent des taxes. Vous n’avez plus trop de temps, mais vous ouvrez à la hâte, il faut savoir !

Direction somme à payer. Vous voila rassuré, ce sont des taxes prévues. Les nouvelles sont bonnes !


(FLASH BACK)


Le chef est rentré tard de la chasse hier soir et comme il aime bien s’enquérir des travaux des membres de sa tribu, il décide d’aller les voir tous et partager leurs impressions.

Il se rend tout d’abord chez le tailleur de pierres, celui qui fabrique les flèches, les lances et tous les outils tranchants tellement utiles à la survie du clan.

Le tailleur est un véritable expert, son père faisait le même travail, ils se transmettent leur savoir de père en fils.

Le chef ramasse une pointe de flèche récemment extraite d’un silex. L’ayant minutieusement examinée, il félicite le tailleur. Ses pointes sont en effet de plus en plus performantes, elles pénètrent de mieux en mieux la solide peau des Rennes et des Bisons. Le tailleur lui explique alors comment il s’y prend pour que les éclats de silex soient de plus en plus fins et tranchants.

Il espère encore pouvoir faire mieux, surtout au niveau des lances, il pense avoir trouvé un système pour qu’elles soient mieux équilibrées.

Après le tailleur de pierre, le chef se rend chez le tailleur d’os, celui-ci prépare les harpons et les hameçons pour la pêche. Depuis peu, il vient d’inventer l’aiguille à chat, de quoi façonner des Habits qui protègeront mieux les chasseurs pendant la saison froide.

taille6yv8hs.jpg

Mais ce qui intrigue le chef est un nouvel outil qu’il n’a jamais vu. Le tailleur y travaille depuis longtemps, mais toujours après avoir fabriqué les outils essentiels de la vie quotidienne, une sorte de passe temps.

Cet objet ne ressemble pas à une arme, il est cylindrique, creux et avec plusieurs petits trous.

Le tailleur explique au chef qu’il doit le mettre en bouche et souffler dedans. D’abord hésitant, il s’exécute et est stupéfait du son aigu qui en sort, il recommence et souffle plusieurs fois, ça l’amuse. Vu cet enthousiasme, le tailleur lui offre ce nouvel objet, de toute façon, il sait maintenant comment en fabriquer d’autres. Sans le savoir, il vient de créer la toute première flûte.

C’est maintenant chez les femmes de la tribu qu’il se rend. Elles travaillent toutes ensemble.

Toutes les peaux des animaux tués au cours des chasses sont rassemblées et triées. Elles ont été bien nettoyées, grattées et séchées. Les plus grandes serviront de couvertures, les plus épaisses seront transformées en chaussons pour tous les membres de la tribu.

Les plus chaudes sont découpées et quelques femmes spécialisées les assemblent afin de réaliser des vêtements pour la saison froide. La couture aussi est récente, l’aiguille à chat du tailleur d’os est une vraie révolution. Ce sont sûrement là les premiers pas de la couture.

Le chef en profite pour se procurer une nouvelle outre, la sienne est trouée et l’eau est indispensable à toutes les expéditions de chasse.

Les jeunes enfants sont là sous la surveillance des femmes, le chef en profite pour leur parler et les prendre dans ses bras, il sait qu’ils sont l’avenir du clan.

Il promet aux plus grands qu’il va bientôt les emmener à la rivière pour leur apprendre la pêche.

Il leur expliquera aussi la manière de placer les pièges pour attraper les petits animaux, ainsi ils pourront eux aussi devenir de grands chasseurs.

Enfin, il termine sa visite matinale chez « l’artiste », celui qui sait si bien représenter le clan dans ses diverses activités. Ils sculpte de nombreux objets en os, pierre, ou en bois de Renne.

image590nn9kv.gif

Aujourd’hui, c’est à la peinture qu’il travaille.

Pour ce faire, il utilise des colorants naturels, tirés des roches. Il obtient ainsi des rouges, des oranges et des jaunes. A partir du charbon de bois ou d’ossements brûlés, il obtient le noir.

Il décore pour le moment une des grottes, le chef entre et est émerveillé par la belle peinture qu’il trouve devant lui. L’artiste a représenté le chef et ses chasseurs en train de vaincre un mammouth.

L’artiste avait bien écouté le récit du Chef et s’en était inspiré pour son œuvre.

Il est content, ses exploits resteront là, à la vue de tous, tous sauront qu’il est un grand chasseur. Il remercie l’artiste et décide qu’il est maintenant grand temps d’organiser la journée des chasseurs.

Il les convoque tous autour du feu, il leur explique qu’aujourd’hui il a décidé d’aller plus loin, hors des limites habituelles de chasse. Les paroles de l’Ancêtre au sujet des images de la nuit ont donné envie au Chef  de faire de nouvelles découvertes. Lesquelles ? Il l’ignore, mais tout ce qu’il retient ce sont les paroles de l’Ancêtre : « Il va vivre une des plus belles journée de sa vie ».

Comme il n’est pas certain de rentrer pour la nuit, il demande à quelques uns de ses meilleurs chasseurs de rester là pour veiller sur le clan.

23:41 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Avant:
Les factures, gagner plus pour les honorer, la peur de ne pas y arriver...quel stress cela engendrait chez moi! L'argent, le pire des fléaux s'il est utilisé comme but universel, combien de fois pousse-t-il les hommes au suicide? J'avoue une fois avoir eu cette pensée, n'arrivant pas à joindre les deux bouts, mais c'est à cette période que tout le changement de ma vie est arrivé: avec un livre qui m'a bouleversé, ou Dieu s'est adressé à moi, son enfant.

Maintenant:
J'ai totalement changé de vie, je suis revenue en arrière. J'ai quitté la ville, j'ai laissé tomber certains conforts que j'avais. Je suis allée à une vie plus simple, avec moins de besoins, et donc moins de factures. Je me chauffe au bois, je ne sors plus au restaurant ou au cinéma. Mes loisirs sont dans la Nature. J'ai appris à ne plus dénigrer l'argent parce que je n'en avais pas: c'est un moyen honorable d'un plus si on l'utilise de manière consciente. Et surtout je relativise les problèmes.

Écrit par : Patouland | 21/03/2011

Les commentaires sont fermés.