23/08/2005

Le Retour aux Sources: Chapitre 7

(PRESENT)

Votre bureau est là, avec une température digne d’un climat subtropical. Toute l’année la même température, 22°C, seul votre petit calendrier est là pour vous rappeler la saison de l’année.

A chaque Siècle ses nouveaux Dieux, le Dieu « Airco » est très prometteur, avec ce réchauffement climatique dont vous entendez de plus en plus parler, vous voilà à l’abri.

Du moins vous le pensez, car comme beaucoup, vous ignorez que cet air conditionné consomme encore plus d’énergie pour refroidir les locaux en Eté que pour les chauffer durant l’Hiver, ce qui engendre inexorablement un impact encore plus négatif sur les mesures à prendre pour lutter contre le Réchauffement Planétaire.

Bon, au boulot !!!

Une pile de dossier se trouve sur votre bureau, à côté d’un autre nouveau Dieu Absolu, Dieu parmis les dieux,  votre ordinateur, celui sur qui repose toute la mémoire de votre travail, au diable la belle écriture, plus d’originalité, vous c’est le « Times New Roman ».

dyn006_original_450_540_pjpeg_2505109_536611b536576e3ceb0c844067e088b4.jpg

Vous avez hésité entre «  l’Arial », le « Century Gothic », le « Bookman Old Style », ou encore le « Microsoft sans serif » (où vont-ils chercher tous ces noms ?), mais finalement, autant rester simple !
De toute façon, pour vous et surtout pour les autres, c’est mieux ainsi, car il y a longtemps, à l’époque du stylo à bille, votre écriture était couramment appelée par vos lecteurs « Ecriture de pattes de Mouches » et apparemment, ils n’aimaient pas cela.

En plus, plus besoin d’être maître en orthographe, vous écrivez presque phonétiquement et Dieu Ordi vous rectifie le tout GRATUITEMENT et sans se moquer de vous! Vive le progrès !

Les pouvoirs du Dieu Ordi sont immenses. Il peut tout contrôler, son savoir est immense, il peut faire voler un avion, et oui, c’est lui le fameux pilote automatique, il contrôle le trafic aérien, la plupart des systèmes de sécurité, la construction des voitures, la gestion de vos comptes, il est même capable de penser pour vous, donnez lui les mesures de votre jardin et en quelques minutes, il l’aura aménagé, déterminé la liste des plantations, choisi les matériaux, et même estimé le budget nécessaire, le temps que vous devrez passer à l’entretien, et le jour de sortie de vos poubelles, formidable, non ?

A l’heure actuelle, tout passe par lui, mais là ou il vous agace, c’est lorsqu’il devient mouchard et l’Allié « collabo » de l’Etat. Il peut tout lui raconter sur vous, via tout son réseau et sur simple demande d’un bureaucrate « sous serment » soucieux de vos intérêts.

En quelques clics, celui-ci peut connaître vos préférences en matière de viande, vos goûts vestimentaires, votre coiffeur préféré, les restaurants ou vous aimez vous rendre, les films qui vous branchent au cinéma, les gens auxquels vous téléphonez, et même l’état de vos finances au centime près.

Cela vous fait froid dans le dos, surtout lorsque vous entendez qu’il est prévu qu’à l’avenir, tout se fasse par l’intermédiaire de ce Dieu peu scrupuleux. Adieu le Respect de la vie privée.

Bon, revenons en à ces dossiers qui se trouvent devant vous. De vraies reliques !

Tous des Anciens dossiers, remplis de lettres écrites avec des « Machines à écrire », des antiquités !

dyn006_original_246_195_pjpeg_2505109_a65ee58b696e1a0e029f75996815900d.jpg

Pourtant, cela ne semble pas si ancien, vous vous souvenez avoir connu ces machines tellement pratiques à l’époque, d’abord, à rubans, puis à cassette carbone, tellement vite démodées avec les débuts de Mister Ordi.

Avec Windows XP que vous utilisez aujourd’hui, et ayant travaillé sur  ces « machines à écrire », vous vous sentez comme un échappé de « l’Age de Pierre » tellement cette évolution fut foudroyante.

Votre boulot du moment consiste à redonner une nouvelle « jeunesse » à ces dossiers, les encoder dans la mémoire de « Dieu Ordi » en incluant toute l’historique de chacun d’entre eux.

Chacun de ces dossiers concernait des personnes ou l’ancien classement était fait suivant les noms et donc par ordre alphabétique, mais ça aussi, c’est du passé, donc, chaque nouveau dossier aura désormais un numéro.

A l’heure actuelle, démographie et mémoire « Pentium » oblige, le nom des gens n’est plus important, qui vous êtes, on s’en fiche, seul comptent les numéros de référence qui vous sont attribués.

dyn006_original_200_253_pjpeg_2505109_7df5e48b4eb4b0d6dc55994d1e8ceeff.jpgdyn006_original_230_176_pjpeg_2505109_0b85bf4755193f9a59edbf3dcfbc2010.jpg

 

Il faut s’y faire, l’individu du 21ème Siècles est un numéro et cela dans tous les domaines.

Peu importe où vous vous rendez, faudra sortir vos numéros, et cela ne va pas simplifier votre mémoire ! (Numéro de TVA, numéro de Registre de Commerce, numéro de référence, numéro de téléphone, numéro de contrat, numéro de carte, numéro de compte, numéro national, numéro de ticket, numéro de facture, etc,………..).

Des dizaines et des dizaines de dossiers qu’il vous faut là encoder soigneusement, en évitant la moindre erreur, car dans le cas contraire, les gens dont vous traitez les informations pourraient très bien se retrouver devant de sérieux problèmes. Au contraire de l’Humain, Dieu Ordi lui ne rate aucune information et mettra l’accent sur tout ce qui est « illogique ».

Ce travail vous prendra bien six mois de votre vie, mais bon, ça ou autre chose, vous êtes payés pour. Une chose est sure, en cas de nouveau système de données, tout se fera sans vous, car une fois encodées, c’est Dieu Ordi en personne qui réalisera les conversions.

 
(FLASH BACK)

Le groupe continue à progresser, toujours plus à l’Ouest, et au fur et à mesure de leur progression, le bruit de fond encore familier jusque là commence à être envahis par une sorte de grondement sourd, de plus en plus fort qui ressemble un peu au bruit d’une cascade, mais bien plus fort et bien plus sourd, tous redoublent de vigilance, bien qu’ils sont certains qu’il ne s’agit pas là d’un Animal.

Le bruit s’intensifie encore et finalement, ils comprennent, ils ne peuvent plus avancer.

Devant eux, leur coupant la route, une Rivière dont la largeur doit être d’une bonne dizaine de mètres, mais avec un courant d’une force qu’ils n’avaient jamais pu imaginer, même lors de leurs plus gros cauchemars.

dyn006_original_400_300_pjpeg_2505109_d708eb2e32d9d52880ca3f52e9895fa1.jpg

Inexpérimentés dans ce genre de rivière ils ne se doutent pas de la force que peut avoir un tel courant, et un des membres du groupe s’apprête à traverser la Rivière.

A ce moment, Kirka émet un avis, elle éprouve une certaine crainte et suggère que celui qui traverse soit attaché à une liane que tous tiendraient. Le Chef l’approuve et c’est donc attaché qu’un des Hommes commence sa progression dans la Rivière.

Sa progression est difficile, il a très vite de l’eau jusqu’à la taille, avance de plus en plus difficilement, l’eau monte encore, arrive à ses épaules, et là, il ne peut résister, il est emporté par la force du courant, la liane se tend, et avec force, les autres arrivent à le ramener à la berge.

Le Chef doit se rendre à l’évidence, traverser à cet endroit est impossible, il leur faut longer la berge en espérant trouver un passage.

Le Shaman suggère de remonter le courant, d’après son expérience, il y a beaucoup de chance pour que la Rivière y devienne moins large, ou qu’ils rencontrent une quelconque barrière rocheuse qui permette la traversée.

C’est donc vers l’Amont que le groupe se met en route. La végétation change, et le Shaman est intrigué par une sorte de Mousse épaisse d’un vert très sombre, il sait que les Mousses sont parmis les végétaux les plus anciens, et il en prélève un échantillon qu’il met dans son sac.

De plus en plus de grandes fougères bordent les berges, et toujours ce grondement de cette eau qui dévale à grande vitesse.

Leurs regard est soudain attiré par des reflets argentés qui jaillissent partout dans la rivière, ils s’arrêtent pour mieux observer, et s’aperçoivent que ce sont des poissons.

dyn006_original_362_193_pjpeg_2505109_4f74f5da842ce1c38cc412f231ecdcf1.jpg

Ils ne comprennent pas, ces poissons remontent ce courant, dépensant une énergie considérable pour avancer. Ils sont en admiration devant le courage de ce Poisson, mais ils ne perceront pas encore ce mystère, même le Shaman ne peut encore expliquer que la force qui motive ce que l’on appellera plus tard « le Saumon » n’est autre que la reproduction, la continuité de l’Espèce.

Si la Nature a su se montrer clémente avec certaines Espèces, pour d’autres la reproduction aura un goût amer de sacrifice.

Le spectacle est fascinant pour le Chef, il admire et respecte de plus en plus le courage des Animaux.

Soudain, un de ces poissons, au prix d’un saut incroyable aboutit aux pieds du Chef.

Il doit bien mesurer 60 centimètres, le Chef n’en croit pas ses yeux, et il attribue ce cadeau à une volonté Divine, ce Poissons est une offrande, la Nature lui fait un précieux cadeau.

Un poisson doté d’une telle force et d’un tel courage qui s’offre à lui. Il ne peut le refuser, et comme ils ont déjà bien marché, il propose à ces Hommes de préparer un feu et de partager ce somptueux Repas qui leur communiquera sa force, et ce qui est certain, c’est qu’ils en auront besoin pour la suite.

Sans aucun ordre, chacun s’affaire au plus vite pour préparer le feu. Ils connaissent tous leurs tâches.

Un des chasseurs sort de son sac les silex qui donnent le feu, il en sort également une touffe d’herbes très sèche, et attend qu’un autre revienne avec les brindilles sèches ramassées dans les environs.

Il cogne alors rapidement à répétition les « pierres à feu » et les étincelles tombent sur les herbes qui s’enflamment rapidement.

dyn006_original_425_319_pjpeg_2505109_0c025a956b8f18efaf9b02c43e43c8e3.jpg

C’est alors le moment d’y rajouter petit à petit les brindilles, et très vite le tout s’enflamme.

Un troisième chasseur est alors de retour avec le bois sec qui servira à entretenir le feu.

Le foyer est maintenant suffisamment important pour permettre la cuisson.

Le Saumon est alors enfilé sur un long bâton pointu, et prêt à cuire, mais au préalable, le Chef prononce quelques mots pour remercier la Nature de ce précieux cadeau, mais aussi, il remercie l’Esprit du poisson de lui communiquer sa force et son Courage.

Le Poisson est alors mis à cuire, et très vite, prêt à consommer. Ils sont sept et sept parts égales sont découpées.

Leur surprise est grande lorsqu’ils découvrent la couleur de la Chair de ce Poisson, ils n’ont jamais vu une chair rose orangée, et cela rajoute encore un peu de mystère à cette surprenante offrande.

Pour la première fois, ce repas n’a pas le sens premier de nourriture, mais plutôt, un genre de cérémonie, une communion avec la Nature et ses mystères.

C’est donc sans précipitation qu’ils prennent le temps de savourer cette chair à la couleur et au goût si particulier et tellement différent des autres poissons.

Le discours du Shaman aidant, ils se sentent tous plus fort, la magie de la Croyance a fait son œuvre, ils se sentent investis d’une partie du courage et de la Force de ce Poisson étrange.

23:40 Écrit par Geronimo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Enfin cette suite que j'attendais avec impatience est arrivée!!! Comme toujours ce que vous dites fait réfléchir et cette idée de présenter "le retour aux sources" comme ça est excellente. Pour ma part je distribue l'adresse de votre site partout. Bonne continuation.

Écrit par : Robin | 11/10/2006

Grâce à l'ordinateur, j'ai pu rencontrer des gens comme toi, lire des histoires comme celle-ci. Ca me réconcilie avec l'humain. Rien que pour cela, c'est tout bénéfice. :-))

Écrit par : Patouland | 21/03/2011

Les commentaires sont fermés.